Le fonctionnement de l'association

 

Tout d’abord, les membres de DILE respectent une règle d’or en n’agissant jamais sans l’aval des représentants de la population et des autorités politiques et administratives qu’ils s’obligent à rencontrer régulièrement.


Cyril Kouhizoura Ensuite, ce sont les populations, relayées le plus souvent par l’ADT, donc Cyril Kouhizoura, qui formulent une demande d’intervention, réclamant l’aide de DILE. Au cours d’une réunion ses membres étudient la faisabilité et, surtout, le coût du projet. Si l’action est réalisable il est décidé de la somme qui sera investie. Il est fait en sorte que les burkinabe participent pleinement à sa réalisation. Par exemple, lors de la construction de l’école, c’est eux qui ont creusé les fondations et les ont empierrées, ils ont aidé au transport des marchandises et de l’eau utilisées par les entreprises locales chargées des travaux, etc… Ils ne demandent qu’à se rendre utiles et à participer à l’amélioration de leurs propres conditions de vie.

Les sommes récoltées auprès de donateurs institutionnels ou de particuliers sont déposées sur un compte en France et un second compte a été ouvert au Burkina Faso où des virements sont effectués au moment de la réalisation de chaque opération programmée et en fonction de l’état d’avancement des travaux. Ce second compte est géré par Cyril Kouhizoura, le président de l’ADT qui a été formé à la gestion et qui règle les factures sur place.

Un contact quasi permanent avec les responsables est assuré via Internet.

Mis à jour (Vendredi, 07 Mai 2010 16:48)

 
Burkina Faso Sud - Po Tiebele

dile-jpg2

Bretagne - Pays Bigouden